Uhuru Kenyatta coupe les antennes au Kenya

Ecrans vides au Kenya
Ecrans vides ce 30 janvier 2018 au Kenya. Le président Uhuru Kenyatta a fait couper le signal des antennes de télévisions privées du Kenya, KTN, Citizen TV, NTV et Inooro TV (en langue kikuyu) et d’une dizaine de radios.
Leur tort ? Avoir voulu diffuser en direct une parodie de prestation de serment de président du peuple par Raila Odinga, le candidat malheureux de la National Super Alliance, aux élections d’août 2017.

Aucune raison officielle n’a été fournie pour cet acte de censure.
Malgré la coupure, les télévisions ont continué à diffuser leurs émissions via Internet avant la levée de l’interdiction cinq jours plus tard.
Citizen TV et sa filiale Inooro ont vu leur coupure d’antennes prolonger, vraisemblablement en représailles d’une plainte au tribunal, présentée par leurs dirigeants.

Les directeurs des stations et des journalistes avaient été convoqués  la semaine précédente au palais présidentiel pour s’entendre menacer du retrait de leur autorisation de diffusion s’ils persistaient dans leur volonté de transmettre  le « direct » de l’événement organisé par l’opposition dans le parc Uhuru (« Liberté » en kiswahili) de Nairobi.

Les partisans sont venus nombreux soutenir le leader historique de l’opposition, qui avait refusé de participer à la présidentielle d’octobre 2018. La Cour suprême avait en effet annulé le résultat de la présidentielle du mois d’août et cette dernière avait dû être réorganisée.

Toutefois, des députés qui ont participé à la cérémonie  et des journalistes ont été arrêtés brièvement par la police.

Les organisations des média et de la défense des droits de l’homme ainsi que les Etats-Unis, l’Union européenne et les Nations unies ont vivement condamné les coupures de l’antenne et les arrestations.

Différentes lois ont été introduites ces dernières années au nom de la lutte contre le crime et le terrorisme pour restreindre la liberté de la presse, notamment en exigeant l’enregistrement officiel des gérants de cybercafés et des blogueurs.

Le Kenya est fort d’un réseau de 60 stations de télévision, plus de 130 radios, et dispose de 4 grands quotidiens nationaux, des journaux locaux et de nombreux magazines hebdomadaires ou mensuels. Trois grands groupes de média dominent le paysage : The Nation Media Group (Aga Khan), The Standard, et Mediamax (Uhuru Kenyatta).

Mais le bras du président est « long » et ses services n’hésitent pas à faire pression sur les médias pour licencier les journalistes trop critiques. Il a supprimé les publicités de l’Etat, une source de revenus conséquente, dans plusieurs médias.

Sur le bureau

Media Council of Kenya. Site internet. Tout ce que vous voulez savoir sur la presse et les journalistes au Kenya. Nombreux dossiers téléchargeables.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s