Mudawi Ibrahim Adam, militant soudanais des droits de l’homme

Mudawi Ibrahim Adam, militant soudanais des droits de l'homme

Ce Soudanais, âgé de 58 ans, enseignant à l’Université de Khartoum, ingénieur technicien à la tête d’une petite entreprise, est l’un des fondateurs de l’Organisation pour le développement social au Soudan (SUDO), un organisme créé en 2003, engagé au Darfour et dans le Kordofan occidental.

Tout en dénonçant les violences au Darfour, la SUDO est intervenue dans des programmes d’hygiène, de santé, et de formation aux droits de l’homme auprès des déplacés de la région. Son travail a été reconnu internationalement.

Mudawi  Ibrahim Adam a été arrêté une première fois en 2003, en possession de documents de Amnesty International, accusé de crimes contre l’Etat, une accusation passible de la peine de mort au Soudan. Il a été relâché quelques mois plus tard.

En janvier 2005, il est à nouveau emprisonné sans aucune charge. Il entreprend une grève de la faim. Soutenu par Amnesty International, Human Rights Watch, Front Line et le gouvernement irlandais, il est libéré deux mois plus tard, puis  invité à participer à des conférences internationales. Par la suite, il continuera à faire des séjours intermittents en prison, battu et maltraité.

En 2009, les bureaux de la SUDO sont définitivement fermés par les services nationaux de sécurité. La SUDO entreprend une action juridique contre le gouvernement, et contre toute attente, gagne son procès en appel en avril 2010. Mais, jusqu’à aujourd’hui, les bureaux sont restés fermés.

Dans l’intervalle, Mudawi Ibrahim Adam est mis en cause pour « mauvaise gestion financière » de la SUDO. Acquitté en décembre 2010, la Cour décide de casser le jugement et le renvoie en prison pour un an. Il est libéré deux mois plus tard.

Le 7 décembre 2016, le militant est à nouveau arrêté sans motif avec d’autres de ses compatriotes lors d’une vague de répression contre l’opposition.

Phil Cox, réalisateur indépendant de la chaîne britannique Channel 4, a  été emprisonné pendant deux mois avec lui, et milite pour sa libération.

Le journaliste, qui réalisait un documentaire sur le conflit au Darfour, a été intercepté avec son traducteur par les miliciens des Forces de soutien rapide (RSF), après avoir franchi clandestinement la frontière entre le Tchad et le Soudan en décembre dernier.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s