Juba: comment traiter les déchets

Capture d’écran 2016-08-13 à 11.57.51
Bel essai de webdocumentaire avec Juba in the making (Juba en construction)

Le projet a obtenu une bourse du Centre européen du journalisme dans la section «Innovation in Development Reporting» en 2013. Il a été encadré par Gabriela Jacomella, une journaliste italienne, et Florence Miettaux, une réalisatrice française,  avec le soutien solidaire de 151 personnes sur la plateforme de financement participatif Ulule.
Un groupe d’étudiants en sciences environnementales les a accompagnés sur le terrain et un anthropologue, Loes Lijnders, qui a vécu dans la capitale sud-soudanaise, était également de la partie.
Le résultat est esthétiquement beau et le contenu passionnant: comment les habitants de Juba traitent leurs déchets, l’Etat n’ayant pas de services à offrir ?

C’est le circuit des déchets que le personnage fictif de Mary, étudiante en sciences environnementales, à l’Université de Juba, décide de suivre. Le chemin est balisé par des fiches historiques sur l’histoire de la ville, de son université et de John Garang, leader de la guérilla sud-soudanaise.

Voyage des déchets

La très grande majorité des habitants de la capitale se contentent de brûler leurs ordures, dans la rue et, quand les voisins s’énervent contre les odeurs et la saleté, dans leur propre concession, avec tous les risques que cela comporte puisque le tri,  « connais pas ».

Bruce. Extrait d’une des vidéos de « Juba in the making ».

Bruce, de nationalité ougandaise, a fait son petit commerce de la collecte de déchets chez les particuliers avec une simple brouette et ses mains nues. Il arrive ainsi à gagner l’équivalent de 1000$ par mois, ce qui n’est pas mal pour le Soudan du Sud. Le « hic » c’est que Bruce se contente d’entasser toutes les ordures dans un lieu bien caché et inaccessible à des bennes.

Olga vient chercher ses oignons à la déchetterie officielle de Lagoon, à 10 km de Juba: « s’il n’y avait pas les ordures, on mourrait de faim« , explique-t-elle à la caméra de Mary. Dans ce dépôt, on retrouve les déchets des hôpitaux ce qui augmente les risques de maladies pour les personnes qui fouillent dans les immondices sans aucune protection. Pourtant, ces trieurs et trieuses de déchets (entre 1,75$ et 2$ de revenus par jour, selon le témoignage de John Ogeki Lado) contribuent à la protection de l’environnement, comme le travail d’Angelina et de ses partenaires d’une coopérative en témoigne (1 £ sud-soudanaise -0,06€ pour 2 kg de bouteilles en plastique, soit l’équivalent de 200 bouteilles de plastique).

Les bouteilles de plastique collectées par Juba recycles

Dans la concession d’Angelina, Juba. Les bouteilles de plastique collectées par Juba recycles.

 

Le recyclage de ces bouteilles est assuré par le projet Juba recycles, soutenu par l’ambassade de France au Soudan du Sud et une société du secteur de l’industrie des boissons, SSBL.  Le produit recyclé, en petits morceaux de plastique, prend la route de l’Ouganda, avant d’être reconverti en Chine sous la forme de fibres textiles.

 

Olivier Laboulle, chef du projet de Juba recycles, montre les produits recyclés. Il porte une chemisette en fibres de plastique, issu des bouteilles collectées par Angelina.

Olivier Laboulle, chef du projet de Juba recycles, montre les produits recyclés. Il porte une chemisette en fibres de plastique, issu des bouteilles collectées par Angelina.

 

La navigation, qui emprunte à celle des jeux vidéo -cliquer sur les éléments photographiques pour accéder à d’autres informations- est un peu capricieuse, mais avec un peu de patience, cela vaut la peine d’aller jusqu’au témoignage du chef de projet japonais de l’Agence de coopération internationale (JICA) et d’entendre son soupir un peu embarrassé lorsqu’on lui demande pourquoi il n’y a pas plus de 6 points de collecte en ville.

Tout ce travail a été réalisé AVANT décembre 2013, AVANT que la guerre civile ne reprenne entre Sud-Soudanais.

Le webdocumentaire en français Juba in the making.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s