Sommet humanitaire mondial: vite, une réforme de l’aide!

Evolution de l'aide humanitaire de la Chine

La caractéristique de l’aide humanitaire chinoise: son irrégularité, selon l’Institut de développement extérieur. La Chine a rejoint l’OCDE en 2001 et contribue ponctuellement au Programme alimentaire mondiale ou dans les cas de catastrophes naturelles.

Les 23 et 24 mai 2016, se tiendra à Istanbul, en Turquie, le Sommet mondial de l’humanitaire. Alors que Médecins sans frontières, organisation phare, annonce qu’elle ne participera pas à ce sommet, dénonçant une « feuille de vigne » sur les réels besoins des populations, l’Institut de développement extérieur, un « laboratoire d’idées » britannique, publie un rapport intitulé L’heure de lâcher prise-Repenser l’action humanitaire dans une ère nouvelle.

 

Le rapport (84 pages) survole l’histoire mondiale des organisations d’aide humanitaire et des principes humanitaires avant d’aborder les raisons qui exigent une réforme des méthodes et actions.

Moins arrogant

Comme le laisse entendre le titre du document (Il est temps de lâcher prise), il s’agit pour les institutions et organisations internationales de travailler de manière plus coordonnée avec les acteurs locaux et nationaux,  et de se montrer moins paternalistes en imposant principes et consignes. Baignant dans la même culture et traditions que les victimes, les agences locales et nationales resteraient les plus efficaces pour couvrir les besoins des populations. Leur manquent les moyens financiers !

 

Les organisations non gouvernementales locales ne perçoivent que 1% des fonds attribués par la communauté internationale (…) 83% de l’aide humanitaire provient des gouvernements européens et d’Amérique du Nord.

Institut du développement extérieur

Des situations plus complexes

Le caractère des conflits contemporains -inter-communautaires aujourd’hui, internationaux, hier- souligne la nécessité de cette nouvelle approche. Ils durent jusqu’à 37 ans contre 19 ans dans les années 1990. Jusqu’aux guerres de Syrie, Irak et Afghanistan, ils causaient moins de morts sur les fronts*. En outre, celles-ci sont menées partiellement menées avec des drones (disparition de « fronts ») avec un bilan désastreux pour les populations civiles. Pour l’assassinat d’une personne « ciblée » par un drone, 11 civils tués en moyenne, selon le Consortium international des journalistes d’investigation.

Les 10 pays qui ont perçu le plus d'argent au titre de l'aide humanitaire, sont des Etats en guerre.
Les catastrophes naturelles se répètent plus souvent. Entre 2000 et 2010, elles ont coûté 1 trillard de dollars de dégâts.

Gérer les nouveaux apports

Les auteurs du rapport notent également qu’avec les nouvelles technologies, les mobilisations de fonds venant du public sont plus rapides et plus conséquentes.
Les entreprises privées se sont greffées sur l’aide humanitaire en amenant leur savoir-faire et leurs compétences.

Pourquoi devriez-vous vous intéresser au secteur des Nations unies ? Quel intérêt ? Hé bien pour vous et votre entreprise, c’est un bon marché à l’exportation. Et vous et vos collègues, vous bénéficierez d’un facteur positif, celui de « travailler pour une bonne cause ». Ce marché fait partie de votre éthique et votre responsabilité sociale d’entreprise. Et peut-être, le plus important : vous êtes sûrs d’être payés. Les Nations unies font des affaires avec les sociétés qui ont des reins financiers solides.

Eleanor Baha, conseillère britannique
  pour l’aide au financement des entreprises,
Liverpool, juillet 2014

Quelques exemples d’innovation venant du secteur privé : des logiciels pour localiser des personnes lors de catastrophes naturelles, des nouveaux matériaux pour construire des abris et des tentes, des systèmes de micro-finance pour la reconstruction, des transferts d’argent plus rapides.

Il est acquis que la participation au secours de victimes fait partie AUSSI d’une stratégie marketing pour conforter l’image de « bonne » entreprise.

Pour prévenir les confusions, déjà patente avec la politique et le militaire, il est temps de repenser cette aide « humanitaire ».

Le Comité international de la Croix-rouge -l’une des plus anciennes et plus importante organisations humanitaires- et la Fédération internationale du Croissant rouge soutiennent, eux aussi, l’idée d’une refonte du système humanitaire.

La durée des conflits s’allongeant, l’aide aux réfugiés et déplacés, se doit de prendre en compte d’autres facteurs.

De plus en plus, les projets introduisent des paiements en argent, plutôt que de la distribution alimentaire ou des outils. Les échanges commerciaux entre les « locaux » et les habitants des camps sont vus comme une participation à la vie économique du pays d’accueil.

A l’heure où le Kenya fixe la date de démantèlement des sites de Dadaab et Kakuma pour 2017, certains rappellent que :

En 20 ans, les réfugiés du camp de Hagadera, Dagahaley et Ifo, autour de Dadaab, [Kenya] sont devenus des grands marchés avec un fort pouvoir d’achat. La vente du bétail d’abattage par les éleveurs de la communauté-hôte dans les camps génère 1,8 million $ de revenus par an.
Les camps abritent environ 5000 échoppes et magasins, détenus par les réfugiés et les résidents locaux, pour seulement 370  points de vente dans la ville de Dadaab.
In search of protection and livehoods. Septembre 2010

L’étude In search of protection and livehoods, menée par le Danemark, le Kenya et la Norvège, estime que les commerces du camp ont un chiffre d’affaires d’environ 25 millions de $ contre 1,3 million $ en ville.

_________

*Un conflit est dit « mineur » quand on comptabilise entre 25 à 999 tués sur le front. On parle de « guerre » au-delà de 999 tués au front.

Sur le bureau

Le « jeu » du Sommet humanitaire mondial. Décider vite dans des situations difficiles…
Entretien avec les journalistes spécialisés, Claire Provost et Matt Kennard (en anglais) sur le « big business » de l’aide humanitaire. Pulitzer Center.
Passionnant.

In search of protection and livehoods -Socio-economic and environmental impact of Dadaab refugee camps on host communities. Septembre 2010. (85 pages).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s