Kismayo, plaque-tournante du commerce illégal

 Les soldats de l'armée kényane sur la route du port de Kismayo, Somalie. © Stuart Price/UN

Les soldats de l’armée kényane sur la route du port de Kismayo, Somalie. © Stuart Price/UN

Le 9 octobre 2015, le groupe de contrôle des Nations unies pour la Somalie publie son rapport annuel (322 pages) sur l’embargo des armes à destination de ce pays. Le document offre un état des lieux les plus complets de la Somalie, à la fois politique, militaire, économique, financier et administratif.*

Un long chapitre de ce rapport est consacré au commerce illégal de charbon, qui transite par le port de Kismayo, dans le sud du pays. Ce commerce a été interdit en février 2012 par l’Organisation des Nations unies. Dans le rapport, les experts se plaignent de n’avoir pu se rendre sur place pour constater les faits et du peu de coopération du gouvernement local.

Les Emirats arabes unis, principaux exportateurs de charbon

La Somalie exportait 142 000 tonnes de charbon vers les Emirats arabes unis en 2011 (statistiques fournies par le ministère des Affaires étrangères des Emirats) , ce qui représentait 96% des importations totales dans ce pays. Après l’embargo du 22 février 2012, elle en fournit encore 122 000 tonnes. En 2013, les exportations sont à zéro. Mais curieusement…

 

Les exportations de charbon vers les Emirats arabes unis, en provenance de la Somalie, du Kenya et des Comores.

Le Conseil de sécurité a passé une résolution le 22 février 2012, interdisant toute exportation de charbon de la Somalie.

 

Le Kenya  prend le relais de la Somalie, puisque de 175 tonnes en 2012, il exporte 80 000 tonnes en 2013 et 12 000 tonnes en 2014.
Les Comores n’ont jamais exporté de charbon aux Emirats jusqu’en 2014 : 12 000 tonnes. Pas sûr que le charbon soit originaire de l’archipel du canal du Mozambique. Le groupe de surveillance n’a pu obtenir d’autres informations.

Nouvelle surprise des statistiques fournies par le ministère des Affaires étrangères des Emirats : les importations de charbon de Djibouti ont fait un bond en 2013. Or, les autorités portuaires djiboutiennes interrogées sont formelles: Djibouti n’exporte pas un gramme de charbon aux Emirats.

Une explication : le charbon part en boutres à destination de Dubaï. Personne ne tient ces comptes-là.

Qui contrôle la Somalie ? 
cliquer, pour visionner la carte des forces en présence du blog Somalianewsroom

 

Comment l’armée kényane, les shebabs et le Jubaland se partagent le sucre

En novembre 2015, c’est à l’association des journalistes pour la justice (JFJ), une organisation kényane, adossée au chapitre national de la Commission internationale  des juristes, de dévoiler les résultats de son enquête (Black & White – Kenya’s racket in Somalia) sur les trafics clandestins de charbon et de sucre entre la Somalie et le Kenya.

JFJ dénonce la collusion entre les militaires kényans, les miliciens shebabs et les autorités du Jubaland, notamment le gouverneur Madobe, interrogé par le journaliste Dennis Okari, dans le documentaire Jubalandfrontier de NTV.

Les trois parties se seraient entendues sur la répartition de taxes sur les produits importés et exportés, respectivement le charbon et le sucre.

La route du sucre de Kismayo à Garissa, selon Journalist for Justice.

La route du sucre de Kismayo à Garissa, selon Journalist for Justice. Des points d’encaissement supplémentaires peuvent évidemment « surgir » au gré des contextes, en Somalie et au Kenya.

1 kg de sucre par jour

Les Somaliens sont de gros consommateurs de sucre. Une famille moyenne peut consommer jusqu’à 1 kg par jour.

Autrefois, la Somalie disposait de plantations et de raffineries, précisément dans la vallée de la Juba et de la Shabelle, mais aucune ne fonctionne aujourd’hui. Personne n’a relancé l’activité à un niveau industriel. Tout au plus quelques hommes d’affaires indiens se sont octroyés une visite des lieux en 2015. Une visite qui va de pair avec les dernières livraisons de sucre comme semble indiquer le document du Département indien de l’Agriculture et de la Coopération de ce mois de décembre 2015.

Les importations de sucre de l'Inde, décembre 2015.

Source: Département de l’Agriculture et de la Coopération. Inde. Décembre 2015.

L’Inde semble avoir supplanté le Brésil, comme premier fournisseur de sucre de la Somalie.

Kismayo, qui a gardé l’autonomie de gestion de son port, par rapport au gouvernement fédéral, est devenu la plaque tournante des importations de sucre pour l’Ethiopie et le Kenya. Deux pays dont le marché est plus qu’attractif.

La production kényane de sucre est aux mains de l’Etat**. Elle est déficitaire de 300000 tonnes par an.  En outre, pour protéger ce secteur agricole, l’Etat kényan a mis en place un système de quota d’importations des Etats membres de la Comesa (le marché commun de l’Afrique de l’Est et du Sud). Résultat, des prix élevés à la consommation. Le sucre se vend à 1,96 € le paquet de 2 kg au Kenya. Presque le double qu’en Ouganda.

Les importations clandestines venant de Somalie sont une « bonne » affaire.

 

________________

*Les experts internationaux ont repéré nombre d’irrégularités dans la gestion de la trésorerie nationale, et mis à jour de récents trafics sur les licences de pêche, de nouveaux permis d’exploration pour le gaz et le pétrole dans des zones contestées, des détournements de fonds et de l’aide humanitaire. L’embargo sur les armes continuent d’être violé. Le conflit au Yémen a re-dynamisé les réseaux d’approvisionnement en armes. Peu de choses ont changé, sauf dans la lutte contre la piraterie: deux bateaux seulement ont été pris en otage en 2015. Lire Sur la piste de l’argent de l’Etat somalien (15/10/2014). sur ce site.

** On parle de privatiser le secteur depuis 2010.

 

Sur le bureau

Somalia tries to develop a sugar-cane and sugar-export industry. John Warrall. The Christian Science Monitor. 19 septembre 1980. Quand la Somalie se lançait dans la canne à sucre !

Duty-free exports to lower Kenya sugar prices. Article de The Eastern Africa. 27 avril 2015. Pour tout savoir sur les accords du Kenya avec la Comesa sur les imporations de sucre.

#Jubalandfrontier. Dennis Okari et Eric Insita. Reportage NTV.

Documentaire de Dennis Okari et Eric Insita. Diffusé le 15 décembre 2015. KTN.

Diffusé le 14 décembre 2015 sur NTV, télévision privée kényane.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s