Elections générales: La Tanzanie a rendez-vous avec l’histoire

Dessin de Victor Ndula. The Star (Kenya)

« Attends, je vois quelque chose à Zanzibar ». Dessin de Victor Ndula. The Star (Kenya)

Actualités au 30 octobre 2015: John Magufuli (CCM) est le nouveau président de Tanzanie. Il a été élu avec 8 882 935 voix.
Son rival Edward Lowassa (Chadema) a obtenu 6 072 848 voix.

Le nombre de votants a été de 15 589 639, soit 67,3% des inscrits.

La commission électorale de Zanzibar a annulé les résultats des élections générales après avoir constaté de nombreuses fraudes. Des policiers sont intervenus dans des bureaux de vote et ont chassé les observateurs et les journalistes au moment des dépouillements.

Des nouvelles élections devraient avoir lieu d’ici 30 jours dans l’île qui jouit d’un statut de semi-autonomie.

 

Dessin de Said Michael à propos de la campagne électorale en Tanzanie

« Si vous me choisissez comme président, les conduites d’eau vous apporteront du miel et du lait » dit le candidat Edward Lowassa. « Si vous me choisissez, toutes les mouches feront du miel » dit John Magufuli. Dessin de Said Michael, recueilli sur Twitter par Sostenes Simeon

Ce 25 octobre 2015, les Tanzaniens ont à choisir un nouveau Parlement et un nouveau président. Pour la première fois depuis la proclamation du multipartisme en 1992, le candidat du Chama Cha Mapinduzi (CCM), John Magufuli, n’est pas aussi sûr de l’emporter.

La raison du fléchissement du CCM

Le CCM s’est « tiré une balle dans le pied ». D’abord, lors du processus de désignation du candidat quelque peu chaotique. Le président Jakaya Kikwete et les barons du régime voyaient le ministre des Affaires étrangères Bernard Membe comme le potentiel successeur. Le Comité d’éthique et de sécurité, courroie de transmission pour la désignation finale par le Comité exécutif du CCM, n’a pas hésité au cours d’une session, tenu illégalement, à réduire la liste des 38 prétendants du parti à 5 !

Edward Lowassa, 62 ans, l’un des prétendants rejetés, et ancien Premier ministre, a alors mis tout en oeuvre pour écarter Bernard Membe. Et, au final, c’est John Magufuli, 55 ans, ministre des Routes et Travaux publics, qui a été désigné en juillet dernier par le Comité exécutif, provoquant la surprise de tout le monde. Un homme à la réputation inattaquable dans son travail, intègre, mais un poids-léger en matière de politique.

Edward Lowassa ne s’en est pas tenu à cette manoeuvre. Avec d’autres comparses, il a rejoint le parti de l’opposition, Chama cha Demokrasia na Maendeleo (Chadema, parti pour la démocratie et le développement), qui l’a aussitôt désigné comme son candidat.

L’ex-secrétaire du Chadema, Wilbrod Slaa, éclipsé par Lowassa, a jeté l’éponge en septembre, annonçant qu’il se retirait de la politique en raison de divergences avec la direction du parti.

Le transfuge du CCM, Lowassa est un ambitieux et un vieux routard de la politique, avec quelques scandales de corruption sur le dos. A défaut de remporter l’élection, sa présence dans la campagne aura relancé l’intérêt des électeurs. Cet intérêt pourrait se reporter ce 25 octobre sur des députés de l’opposition. Car quatre partis, le Chadema, la National Convention for Construction and Reform (NCCR, Convention nationale pour la construction et la réforme), le United Democratic Party (UDP, parti démocratique unifié), et le Tanzania Labour Party (TLP, parti travailliste de Tanzanie, ne présentent qu’un candidat  sous l’étiquette de l’Ukawa contre le CCM dans chaque circonscription. Une apparente unité qui contribue à faire monter l’incertitude sur les résultats.

La campagne de John Magufuli  a inspiré confiance. Les sondages font état de 65% de votes pour le parti au pouvoir. L’Ukawa récolterait 25% des voix. Mais l’écart pourrait être moindre.

C’est à mon tour, et bien entendu, celui de l’opposition de conduire le pays

Edward Lowassa

La campagne électorale

La campagne électorale a été haute en couleur. Avec un John Magufuli faisant des « pompes » sur une estrade pour répondre aux opposants qui avaient critiqué son «manque de muscles» pour mener les destinées du pays. Un exercice répété par tous les militants du CCM en campagne (et sur les média sociaux !).

Au gré de la tournée du candidat du CCM, les projets de développement du gouvernement ont trouvé de miraculeuses conclusions.

Les deux principaux opposants ont surenchéri: le 29 août, Edward Lowassa promet le retour à l’éducation gratuite, de meilleures routes et services de santé. Le 14 septembre, John Magufuli promet de réduire les prix des médicaments vétérinaires  pour le bétail. Le jour même, le candidat du Chadema promet de faire de la Tanzanie «un pays de lait et de miel». Le lendemain, son rival promet de regarder d’un peu plus près les CV des fonctionnaires, et ainsi de suite…

Le nombre d’électeurs à ces élections est de 22 750 789. Tous les observateurs s’accordent à dire que le vote décisif viendra des jeunes. La tranche d’âge 18-32 ans constitue 50% de la population. 5 millions d’électeurs voteront pour la première fois ce 25 octobre.

En prévision d’incidents après la publication des résultats, les forces de l’ordre ont pris position ces derniers jours dans les rues des grandes villes.

Le CCM, héritier du parti historique de la TANU (Tanganykan Africa National Union), a remporté toutes les élections depuis 1992 et dispose d’une confortable majorité au Parlement (186 sièges sur 239 éligibles).

En octobre 2010, le président sortant Jakaya Mrisho Kikwete avait été élu avec 63% des votes.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s