Soudan: ceci est une élection

© NEC

© NEC

«Il y a quelques actions qui auraient pu être entreprises pour renforcer la qualité de la transparence et de la liberté de ces élections mais je ne puis dire qu’elles ne furent pas totalement libres et totalement transparentes.»

Olosegun Obasanjo, ancien président du Nigeria et chef de la délégation des observateurs de l’Union africaine pour les élections générales au Soudan

Il y avait 40 observateurs de la Ligue arabe, menés par Alaa al-Zuhairi, 30 de l’Union africaine sous la responsabilité de Olosegun Obasanjo et 30 de l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) sous la houlette de Mohamed Abdelahin Hussien, président de la Commission électorale éthiopienne.

Tous ont validé le déroulement des opérations de vote qui se sont déroulés du 13 au 16 avril 2015 au pays* pour élire

  • le président
  • 450 députés de l’Assemblée nationale
  • 2 235 membres des conseils législatif des Etats

La conduite des élections a été conforme aux standards internationaux et sont crédibles

Mohamed Abdelahin Hussien, Igad

Le président Omar el-Béchir l’a emporté avec 94,04% des suffrages exprimées (5 252 478 voix) et son parti, le parti du congrès national (NCP) obtient 323 sièges sur les 426 en jeu (9 circonscriptions géographiques** n’ont pu voter en raison de la situation d’insécurité). Ce score couronne un candidat qui avait assuré en 2012, qu’il ne briguerait pas de nouveau mandat.

Le seul des 14 autres candidats à la présidentielle qui a dépassé les 1% est celui de l’obscur parti fédéral de la vérité dont le candidat a obtenu 79 665 voix.

A l’Assemblée nationale, 25 sièges reviennent au parti démocratique unioniste de Mohamed Osman al-Mirghani. 19 sièges reviennent à des candidats indépendants.

Selon le président de la commission électorale, la participation était de 46,4% sur les 13,8 millions d’électeurs inscrits. Les différents chefs des délégations d’observateurs pour ces élections avaient évalué celle-ci à 40%. Les partis de l’opposition les fixe dans une fourchette entre 15 et 30%.

La campagne de boycott, menée par l’opposition, et notamment par Sadiq el-Mahdi (parti national Oumma), n’est ni un succès ni un échec. Elle aura navigué sur le désintérêt des électeurs pour des vainqueurs annoncés: deux jours avant l’ouverture des bureaux de vote, le journal al-Intibaha avait publié un encart félicitant le ministre des Finances pour avoir remporté le siège de sa ville natale au Sud-Darfour.

Les militants du NCP, qui, selon Alex de Waal, comptait 5,4 millions de membres en 2010, sont restés mobilisés pour aller voter.

Les autorités ont joué le chaud et le froid à l’orée des élections, en libérant le 9 avril le chef des Forces du consensus national, Farouk Abou Issa,  le président de l’Initiative de la société civile Amin Makki Madani, et un ancien membre du NCP, Farah Agar, détenus depuis le 6 décembre 2014.

Omar el-Béchir ne s’est pas privé d’utiliser la participation du Soudan -en échange de nouvelles subsides- à la coalition emmenée par l’Arabie saoudite au Yémen pour galvaniser les électeurs.

 Avec ces élections, le peuple soudanais a donné une leçon d’éthique et d’intégrité au monde entier

Omar Hassan el-Béchir, après l’annonce des résultats des élections nationales, 2015

La veille des élections, 22 personnes ont été arrêtées par les services de sécurité à Khartoum mais aussi dans d’autres Etats. Militants ou quidam repérés au faciès. Sandara Farouk Kadouda, fille d’un militant communiste décédé, a été enlevée le même jour, alors qu’elle se rendait à une réunion politique au parti national Oumma. Battue par ses ravisseurs, elle n’a été relâchée que trois jours plus tard dans les rues de la capitale.

Toujours, le 12 avril, les rédacteurs en chef des journaux nationaux sont convoqués  au bureau du National Intelligence Secret Service (les services de renseignements) pour entendre les consignes concernant la couverture éditoriale des élections: interdiction de mentionner le boycott. Deux journaux en ligne sont piratés.

Selon le blogueur, Magdi el-Guizouli (Still Sudan), les meetings de la campagne pour le boycott étaient désertés.

En 2010, même si les résultats avaient été décevants, et les observateurs occidentaux tout aussi lénifiants que ceux présents en 2015, l’opposition avait été plus convaincante.

Et maintenant ?

Avant même que les résultats soient proclamés, les partisans du boycott ont déclaré qu’ils allait préparer un soulèvement populaire pour renverser le régime.

Or, ces dernières années, les soulèvements populaires ont plutôt pris par surprise les anti-Béchir, qui ont été incapables de les prolonger soit parce qu’ils étaient frappés eux aussi par la répression, soit qu’ils aient été effrayés des possibles responsabilités.

La communauté internationale s’est souvent contentée de protester contre les violences, n’accordant qu’une demi-confiance aux partis d’opposition.

Même si ces élections, soigneusement encadrés par le NISS, sont loin- très loin- d’être «un pas important et positif pour le renforcement de la voie démocratique du pays» comme le prétend le chef de la délégation des observateurs de la Ligue arabe, elles soulignent une nouvelle fois les faiblesses des opposants réunis au sein des Forces révolutionnaires soudanaises (SRF) ou du « Sudan Call« , une déclaration d’intention qui par une rhétorique très large, a attiré quelques mécontents du processus du dialogue national : un manque de crédibilité auprès de la population, et un manque de confiance entre les individus.

Aujourd’hui, l’enjeu de ce dialogue national a perdu de sa valeur: Omar el-Béchir et ses hommes réoccupent toute la place.

 

_______________

* Les journées de vote pour la diaspora se sont déroulées les 16 et 17 avril.

** Près de 240 sièges de députés ne sont pas liés à une circonscription géographique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s