Surveiller les mines d’uranium de Tanzanie

Banque de Tanzanie, Dar-es-Salaam. "L'heure dorée"

Banque de Tanzanie, Dar-es-Salaam. « L’heure dorée ». (Licence GNU) Muhammad Mahdi Karim.

La Tanzanie est un pays plutôt discret dans le paysage médiatique. La visite du président Barack Obama, le 1er juillet 2013, qui a coïncidé avec une visite plus officieuse de George W. Bush, l’a soudain propulsée dans l’actualité avec le qualificatif de « l’une des 10 économies les plus dynamiques » du monde, et célébrée comme un « roc de stabilité » politique.

Ces arguments ont été employés une fois de plus au début de janvier 2014, par la société minière East Africa Resources, basée à Perth, en Australie, pour convaincre de nouveaux investisseurs à rejoindre ses opérations de prospection d’uranium.

Un peu à la peine en ce moment sur les marchés mondiaux, l’uranium est le dernier épisode de la longue histoire minière de la Tanzanie. Pour mémoire, rappelons que l’or y a été exploité dès 1890. S’ensuivirent celle du diamant, tanzanite, rubis, saphir, cuivre, nickel, charbon et marbre.

Des gisements importants dans le sud et le centre du pays

Les premières traces d’uranium sont repérées dans le pays en 1953. Toutefois, ce n’est qu’au milieu des années 70 que les autorités prennent conscience de la potentialité des gisements en effectuant des relevés par voie aérienne.

La société allemande Uranerzerbergau Gmbh mène alors les prospections. Mais ses opérations se heurteront à une chute des cours : en 1982, le prix de la livre du triuranium octoxide (U3 O8) passe sous la barre des 20$.

carte des gisements uranifères de Tanzanie.

Source: uranium-network, ministère de l’Energie et des Mines.

Deux zones de gisements retiennent l’attention : dans le sud de la Tanzanie, près de la rivière Mkuju, et dans le centre du pays, à Bahi et Handa.

Les autorités accordent des licences de prospection (70). Deux sociétés étrangères s’y intéressent : Uranium Resources, basée au Royaume-Uni, et l’Australienne, Western Metals.

Uranex et Mantra Resources, toute deux également australiennes, sont également sur les rangs. Mais Mantra signale dès 2009 que le coût d’extraction sera très élevé et se fera à ciel ouvert.

L’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) suit de près leurs opérations de prospection et décide d’établir un comité minier consultatif pour conseiller les autorités.

Pendant longtemps, les investisseurs ont obtenu des conditions fiscales très avantageuses de la Tanzanie. Non seulement les permis d’exploitation étaient accordées pour 20 ans, mais le montant total des taxes payées par le secteur représentaient moins que le montant payé par les brasseries locales.

L’uranium n’est pas un minerai comme les autres

En Australie, de nombreuses provinces ont appliqué un moratoire sur les mines uranifères. La forte prévention du public et des représentants politiques contre le minerai ne permet pas aux sociétés d’exploiter l’uranium autant qu’ils le souhaiteraient. Par conséquent, l’exploitation des mines d’uranium va vraisemblablement augmenter dans des pays où l’opinion publique et la classe politique sont moins critiques sur les conséquences pour l’environnement et la santé.

Rapport Wise/Somo. Juin 2011

Lors des premières prospections, les sociétés minières restent très discrètes sur leurs activités, et la population locale relaie la rumeur que le personnel est en train d’installer des antennes mobiles.

46 sociétés nationales et étrangères sont aujourd’hui sur les rangs en Tanzanie.

Dans un pays d’agriculteurs et d’éleveurs, on ne connaît pas les dangers de l’uranium. Non seulement, les mines dégagent des poussières radioactives, mais elles contaminent le sol et l’eau pour des dizaines de milliers d’années.

Dans le projet Nkuju River, les gisements sont dispersés et nécessiteront plusieurs fosses, défigurant le paysage. En outre, il empiète sur la réserve de gibier du Selous. Une zone « peu dense » en population soutient l’expert du ministère de l’Energie et des Mines. Classée au patrimoine mondial par l’Unesco, elle pourrait voir ses limites « réaménagées » (les Nations unies ont autorisé l’opération), si les ministres des Mines et du Tourisme donnent leur aval.

Les organisations locales comme Cesope, (Civil Education is the Solution for Poverty and Environmental Management) mènent des campagnes de sensibilisation.

Les pressions sur les communautés qui rejettent les projets d’exploitation sont énormes. L’argument des emplois, du développement des infrastructures et de l’argent, doublé de la fierté de devenir le premier pays de l’Est africain à accueillir une mine d’uranium est séduisant.

Evolution du prix du triuranium octoxyde 2010-2013.

Source: Comprendre le business des énergies. 2000watts.org.

Aujourd’hui, les militants bénéficient de la chute des prix de l’uranium sur le marché mondial*. Uranium One (Russie-Canada) aurait gelé ses projets, et East Africa a des difficultés à trouver de nouveaux investisseurs.

Par ailleurs, le gouvernement a non seulement révisé sa réglementation minière, réduisant la durée des licences, imposant sa participation dans les sociétés, et relevant le niveau des taxes. Et tout cela se discute âprement au sein des compagnies.

Un petit répit.

Le secteur minier contribue à hauteur de 3,5% dans le PIB du pays.

Dans l’index du développement humain (2012), la Tanzanie se situe à la 153e place (sur 187).

_________

* L’organisation Wise (World Information Service on Engergy) estime que pour qu’une exploitation puisse être rentable le prix du U3 O8 ne doit pas tomber en dessous des 80$ la livre. L’uranium est présent en infimes quantités dans le sol et nécessite d’importants travaux d’extraction. Selon les économistes, la baisse des prix pourrait durer encore cinq ans.

Sur mon bureau :
L’uranium d’Afrique. Comment l’industrie et les gouvernements gèrent les impacts de l’exploitation minière d’uranium. Rapport Wise/Somo. Juin 2011.
Uranium 2009 : Ressource, production et demande. Rapport établi par OCDE, AIEA. 2010.
Uranium Mining Tanzania. Video produite par IPPNW (International Physicians for the Prevention of Nuclear War-Allemagne. Octobre 2013.
L’or de Tanzanie. Dossier spécial et reportages de Adrian Kriesch et Julia Hahn. Deutsche Welle. février 2014.
Vivre près de l’Uranium au Niger. Documentaire de Himadou Amadou. 7 janvier 2014.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s